mardi 16 août 2011

Le plus démuni des mendiants...

Nourrir ceux qui ont faim, pardonner à ceux qui m'insultent et aimer mon ennemi voilà nobles vertus. Mais que se passerait-il si je découvrais que le plus démuni des mendiants et le plus imprudent des offenseurs vivent en moi et que j'ai grand besoin de faire preuve de bonté à mon égard, que je suis moi-même l'ennemi qui a besoin d'être aimé ? 
Que se passerait-il alors ?
C.G. Jung

Aucun commentaire: